Le texte du lecteur - colloque international
   
  Colloque "Le texte du lecteur"
  LAPEYRE-DESMAISON
 

« Une ténébreuse affaire de langage » (Sur Emmanuel Hocquard et Pierre Michon)

 

« La lecture, ce serait le geste du corps (car bien entendu on lit avec son corps) qui, d’un même mouvement pose et pervertit son ordre : un supplément intérieur de perversion. », écrit Barthes. Les œuvres d’Emmanuel Hocquard ou Pierre Michon mettent en valeur cette tension au cœur de la lecture. Lisant Beckett, Lucrèce ou Faulkner ou Rimbaud, ils composent avec l’ordre du corps traversé par le langage. Je voudrais ici envisager la manière dont chacun de ces écrivains textualise ces événements de lecture qui ont mené à l’écriture et interroger les choix esthétiques et éthiques qui fondent ces œuvres inclassables, à travers les similitudes et les divergences de leurs postures respectives. Il importe aussi dans ce contexte de montrer ce que deviennent les œuvres lues par ces auteurs et de se demander si et comment ces textes de lecteurs infléchissent a posteriori la lecture des œuvres fondatrices (Faulkner, Shakespeare, Dante, Lucrèce, Loti, par exemple). Enfin, si la lecture fonde ici une poétique du corps, corps réel ou corps de mots, ces proies humiliées d’une « ténébreuse affaire de langage », elle renouvelle aussi par ce biais l’autobiographie et ses enjeux, qu’elle détourne au profit d’une écriture de l’enquête et de l’analyse méthodiques, dont l’image la plus juste est fournie par le travail du détective privé comme traducteur.

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=