Le texte du lecteur - colloque international
   
  Colloque "Le texte du lecteur"
  DELAS
 

D’un lecteur postcolonial français

Si le terme postcolonial a (trop souvent) une simple valeur temporelle, désignant l’ère d’après la colonisation, par une nécessité évidente, il prend d’abord un sens oppositionnel pour désigner toute lecture d’une œuvre littéraire en tant qu’elle participe ou non d’une pensée anticoloniale, ce qui s’illustre par exemple dans le débat Camara Laye – Mongo Beti dont on rappellera les enjeux. Mais ce premier sens oppositionnel se développe ensuite en celui d’analyse critique généralisée des valeurs dites « civilisationnelles », comme celle que Césaire fit dans le Discours sur le colonialisme ; on montrera la difficulté française à être un lecteur postcolonial autocritique de ce second type. Enfin dans un troisième temps il désigne, d’une manière assez floue - à partir de la description des régimes qui se sont mis en place en Afrique après les indépendances mais aussi à partir d’une réflexion sur le passé historique de l’Afrique -, l’analyse des interactions et des transactions qui se sont produites et se produisent sans cesse encore entre deux instances structurantes, deux discours et deux mémoires, dominés et dominants, pour justement rendre compte par une lecture non niveleuse, non patrimoniale (œuvres ni « françaises » ni « africaines »), soit d’œuvres fictionnelles comme celles de Ouologem ou de Kourouma, soit d’essais comme ceux de Mudimbe ou Mbembe. Quelques indications sur les recherches en cours seront données. Si l’on peut espérer une nouvelle « donne », c’est là qu’elle est : comment installer un regard susceptible de lire le réel d’aujourd’hui que filtrent, recréent et interrogent la littérature et l’écriture.

Tels sont les trois stades que nous invitons un étudiant français qui se proposerait de devenir un lecteur postcolonial à parcourir.

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=