Le texte du lecteur - colloque international
   
  Colloque "Le texte du lecteur"
  CONNAN-PINTADO
 

Lectures de Marie NDiaye : de l’écho intime à la culture partagée

 

Les textes de Marie NDiaye ouvrent au lecteur un espace d’une inquiétante étrangeté, où les frontières entre fiction et réalité sont poreuses. Ils résistent aux tentatives de rationalisation et suscitent une expérience de lecture troublante, voire déstabilisante. Dans un univers qui a partie liée avec celui du conte, la fiction donne le vertige, côtoie des abîmes, suscite un mélange de malaise et de délectation, que signalent et éprouvent tous les critiques.

Nous avons proposé la lecture des trois récits pour la jeunesse de Marie NDiaye[1] à des professeurs d’école en formation, en demandant à chacun de rédiger une page de réaction, pour exprimer ce que le texte lui inspirait. Lors d’une séance ultérieure, approches et interprétations ont été confrontées. D’autre part, les textes ont été abordés en lecture littéraire dans des classes de cycle 3.

Nous nous proposons d’étudier les reconfigurations effectuées par les lecteurs individuels, puis par les communautés de lecteurs des différents groupes. Nous avons été frappée par la force des réactions : la quête de sens révèle la puissance des affects et les résistances de la raison ; les appropriations singulières conduisent à investir le texte, à broder sur sa trame, et à le reconstruire, en convoquant les stéréotypes de l’expérience du monde et de la culture. 



[1] NDiaye Marie, La Diablesse et son enfant,Les Paradis de Prunelle,  Albin Michel, 2003 ; Le Souhait, L’école des loisirs, coll. « Mouche », 2004. L’école des loisirs, coll. « Mouche », 2000 ;

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=