Le texte du lecteur - colloque international
   
  Colloque "Le texte du lecteur"
  CARRIER
 

L’infratexte sensible du lecteur

La communication que nous proposons s’intéresse moins au texte du lecteur en lui-même qu’à ce que nous nommons, en empruntant librement une expression à Bellemin-Noël (2001, p. 21), l’infratexte sensible du lecteur. Par analogie avec les rayons infrarouges, l’infratexte sensible désignerait ce produit de la lecture, cette émanation du lecteur, qui se situe en dehors du spectre visible (intelligible), mais contribue néanmoins à donner sa chaleur à un texte, à le rendre vivant pour un lecteur singulier. Cet infratexte sensible correspondrait, selon le point de vue que nous développerons, à la signifiance telle que Barthes l’a définie, c’est-à-dire au « sens en ce qu’il est produit sensuellement » (1973, p. 82). Afin d’approfondir cette idée, nous nous intéresserons à la façon dont un lecteur recourt, consciemment ou non, à sa mémoire affective pour s’approprier et comprendre un texte. En nous questionnant sur le fonctionnement de cette mémoire du corps, en prenant notamment en exemple le travail des acteurs, nous espérons aider les enseignants à former des sujets lecteurs qui sauront répondre avec sensibilité aux textes littéraires – condition essentielle d’une lecture littéraire authentique – et développer leur sensibilité au contact de ces œuvres.

 

Barthes, R. (1973). Le plaisir du texte. Paris : Éditions du seuil.

Bellemin-Noël, J. (2001). Plaisirs de vampire. Paris : Presses universitaires de France.

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=